Lueur d’espoir pour les femmes saoudiennes

Le droit de conduire reste interdit aux femmes.

Aussi petite soit une ouverture, elle peut permettre de respirer un grand bol d’air. Une lumière peut y jaillir et se transformer en espoir. Espoir de tout un peuple, toute une société, tout un genre.  C’est cette lumière-là qui a éclairé aujourd’hui les femmes du royaume saoudien.

Elles ont pu participer pour la première fois de leur vie, à des élections. Elles y étaient comme candidates et comme électrices.  Nous saluons le pas entrepris par les dirigeants du royaume vers une abolition des violences faites aux femmes ; mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Le royaume saoudien reste un pays ou les libertés individuelles et collectives sont confisquées. Le droit de conduire est interdit aux femmes. Le droit à un compte bancaire, à des études secondaires, tous ces droits restent niés par les pouvoirs saoudiens.

Cela n’empêche pas les monarchies du golfe d’être de bons élèves devant nos gouvernants politiques. A tel point de nommer l’Arabie-Saoudite à la tête d’une commission des « droits de l’homme de l’ONU » http://www.lemonde.fr/international/article/2015/09/22/le-role-de-l-arabie-saoudite-au-conseil-des-droits-de-l-homme-fait-debat_4767286_3210.html

L’argent issu du travail de ces femmes ne saurait en aucun cas servir à fermer les yeux de l’opinion internationale sur les dérives autoritaires des pouvoirs saoudiens. Moins que ça a suffi pour attaquer d’autres pays comme la Libye.  La peine de mort reste appliquée en Arabie-saoudite.

Le respect de tous les droits humains reste un préalable à la paix sur notre planète.

Le coin cuisine – Couscous aux sept légumes

Ingrédients :

-1,5kilogramme de viande de boeuf

-1 gros oignon

-120grammes de pois de chiches trempés 6 à 8 heures dans de l’eau

-Un mélange d’huile de table et d’huile d’olive (15 cl)

-1 cuillerée à soupe de sel; de poivre; de gingembre moulu;

-¼ de cuillère de safran colorant

– 3 litres d’eau

-300 grammes de de navet

-400 grammes de carottes

-120 grammes de de jeunes fèves écorcées, 1 tomate pelée et découpée

-250grammes de courgette

-500grammes de potiron; 1 pomme de terre;½ chou; 2 piments

-1 bouquet de persil et coriandre

Le couscous

-1 kilogramme de semoule de couscous

-4 cuillerées à soupe d’huile

-1 cuillerée à soupe de sel

– Une cuillère de beurre

-75 cl d’eau

Préparation

1)Faire chauffer l’huile dans une couscoussière et faire dorer la viande, l’oignon et les pois de chiches. Saler, poivrer et épicer. Ajouter de l’eau et porter à ébullition.

2)disposer la semoule dans une terrine et incorporer l’huile. Arroser le tout d’un grand verre d’eau salée. Rouler ou frotter la semoule entre les mains et la laisser reposer 10 minutes.

3) transférer dans une passoire de couscoussière et cuire à la vapeur du bouillon pendant 20 minutes.

Pendant ce temps, éplucher les carottes, les couper en deux et ôter le coeur. faire la même chose pour les navets. inciser légèrement les fèves à l’aide d’un couteau.  Peler la tomate et la découper en dés. Étaler les graines de couscous après la première cuisson dans la terrine et l’arroser une deuxième fois avec un grand verre d’eau.. Les rouler avec les paumes de la main pour séparer les graines collées et laisser reposer un moment.

4)ajouter les carottes, les navets, les fèves et la tomate au bouillon et remettre la semoule à cuire à la vapeur. Retirer la semoule après 20 minutes de cuisson et la disposer dans la terrine. Arroser une dernière fois avec un grand verre d’eau, égrener et remettre a cuire pendant 20 minutes.

5)Couper les courgettes en longueur. couper le potiron en morceaux. Découper la pomme de terre épluchée en quartier. Ajouter le chou, les légumes au bouillon ,également le piment et la bouquet de persil et coriandre.

Laisser cuire pendant 15 minutes. Incorporer le beurre au couscous et disposer dans un plat. Ajouter la viande et garnir de légumes.

Arroser de bouillon et servir chaud.

Bon appétit

Cent mille personnes pour une meilleure répartition des richesses, contre les mesures d’austérité.

Un résumé de notre participation à la manifestation nationale du 7 octobre 2015 à Bruxelles

Un an de gouvernement Michel. Que retenir de ces douze mois ou l’exécutif Belge avec à sa tête une coalition MR-N-VA a dirigé de main de fer des reformes qui touchent l’ensemble des travailleurs de la Belgique ? On peut retenir que depuis son arrivée au pouvoir, Charles Michel et son allié N-VA n’ont pas perdu du temps. Ce gouvernement a adopté des lois qui précarisent les populations et rend presque insoutenable le cout de la vie. La suppression du revenu d’insertion à un certain nombre d’étudiants, le relèvement de l’âge de la pension à soixante-sept ans, une suppression du saut d’index, la suppression du complément d’ancienneté, les coupes au niveau des allocations d’insertion , les coupes rigoureuses dans les secteurs publics et les pensions sont autant de mesures à mettre à l’actif du gouvernement Michel qui selon un grand nombre d’habitants en Belgique n’en finit plus de diviser.

Ces divisions ont fini par colorer Bruxelles en rouge, vert et bleu en ce matin du 07 octobre 2015. Les différents syndicats du pays qui regroupent en leur sein les travailleurs, ont jugé qu’il fallait montrer son mécontentement face à ces mesures et rappeler le gouvernement à l’ordre. C’est donc en front commun que les centrales syndicales ont décidé d’un commun accord d’une manifestation nationale.

En ce matin d’automne, la population était à un rendez-vous porteur d’espoir. Cent mille personnes selon les organisateurs ont répondu présentes à l’appel syndical. Travailleurs sans-emploi, sans-papiers, pensionnés, tous étaient sortis pour dire haut et fort « trop c’est trop ». Le monde des possibles n’est pas resté en marge de cette mobilisation. Asbl qui travaille dans le champ de la culture, elle compte en son sein un grand nombre de personnes issues de l’immigration. S’il est vrai que les populations sont touchées par les mesures impopulaires du gouvernement Michel , les personnes immigrées ne sont pas épargnées ; elles sont de plus en plus stigmatisées, discriminées et le racisme a gagné du terrain. C’est donc en toute légitimité que les stagiaires de l’asbl, accompagnés de leurs formateurs et de quelques bénévoles ont tenu à être représentés dans cette manifestation nationale.

Une quarantaine de stagiaires et formateurs issus de l’Asbl ont donc rejoint les rangs des grévistes en ce matin du 07 octobre 2015. Leur parcours qui a débuté devant les portes de l’association les a d’abord conduit à la FGTB à la place St Paul à liège ou les attendaient d’autres participants travailleurs sans-emploi et travailleurs sans-papiers. C’est donc tous ensemble, à bord de deux autobus affrétés pour la manifestation que les personnes se sont rendues à Bruxelles. Elles se sont jointes à la grande masse de manifestants et ont scandé tout au long du trajet des slogans hostiles au gouvernement, elles ont dénoncé les politiques d’austérité, d’exclusion, de criminalisation ; elles ont revendiqué le droit à une vie digne, à une répartition équitable du fruit de la croissance.

Eux, citoyens, travailleurs de Belgique ont dénoncé toutes les exclusions :

  • Exclusion d’un logement,
  • Exclusion du travail,
  • Exclusion du territoire,
  • Exclusion de la sécurité sociale,
  • Exclusion des soins de santé…..

C’est aux environs de quinze heures que la foule qui s’était amassée autour des représentants syndicaux, des militants des droits de l’homme et des leaders politiques a commencé à se disperser avec une question à la bouche. …..A qui profitent ces exclusions ?

Liège,octobre 2015

« Le monde des Possibles »asbl