Manifestation des sans-papiers – Le droit à une vie digne

La coordination des sans-papiers de Belgique, suite à son appel à manifester le 25/10/2015, a réuni plus de trois mille personnes pour une marche pacifique dans les artères de la capitale ( BRUXELLES).

Les manifestants, partis de la place BARA ,ont rallié la gare du Nord en scandant des slogans de paix, de liberté et de dignité.  «  Le pire n’est pas la méchanceté des gens mauvais, mais le silence des gens biens ». Ils ont dénoncé le silence des politiques face à ce qu’ils appellent « l’exploitation et l’injustice ».

Ils ont, dans des prises de paroles, réitéré leurs vœux de voir une société qui soigne, nourrit, loge, éduque et prend en compte ses citoyens et non une société de discrimination et d’exclusion comme c’est le cas avec l’actuel gouvernement de droite. Saluons au passage la présence très remarquée dans le cortège des différents syndicats du pays et les associations de défense des droits de l’homme.

« Le monde des possibles » Asbl

Octobre 2015

Manifestation contre la pauvreté et l’exclusion.

Deux mille personnes défilent à Namur

Le premier des objectifs du millénaire est de réduire l’extrême pauvreté et la faim afin que chaque personne puisse, là où elle habite dans le monde, satisfaire ses besoins essentiels : logement, santé, nutrition et éducation.

Mais qu’en est-il de la situation en Belgique ? L’annuaire fédéral de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale indique dans son cinquième rapport que plus de 15% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le seuil en Belgique étant de 1074 euros pour une personne isolée et de 2256 euros pour un ménage avec 2 enfants. Le même rapport indique que 5% de la population vit dans une privation matérielle : c’est-à-dire dans l’impossibilité de payer leurs factures, de payer un loyer, de se chauffer ou de s’assurer une semaine de vacances annuelles.

Face à un accroissement de la pauvreté, face au fossé grandissant entre riches et pauvres, face aux exclusions qui engendrent et entretiennent cette injustice, la population belge sous l’égide du réseau wallon de lutte contre la pauvreté, dont le Monde des Possibles est membre, n’a pas hésité à descendre dans la rue pour s’exprimer.

Ce vendredi 16 octobre s’inscrit dans la continuité de la lutte entamée par les populations du monde, et de la Belgique en particulier, pour sortir de la précarité.

En marge de la journée mondiale de lutte contre la pauvreté qui s’est tenue le 17 octobre 2015, les différents syndicats des travailleurs ont tenu à accompagner les manifestants qui réclament une meilleure répartition des richesses en vue de diminuer la pauvreté qui ne cesse de monter en flèche. Entre 1500 et 2500 personnes, travailleurs avec ou sans emploi, sans-papiers, pensionnés, élèves et étudiants ont tenu, malgré la fine pluie qui s’abattait sur la ville de Namur, à être présents à cette manifestation. Elles ont dénoncé les mesures d’austérité dont elles sont victimes.

Les différents intervenants à la tribune n’ont pas manqué d’interpeller le gouvernement sur la dure réalité de vie qu’affrontent au jour le jour les populations et aussi sur la baisse du pouvoir d’achat des ménages.

Une production alimentaire pour 12 milliards de personnes

Selon une étude du PNUD, la planète qui compte 9 ,5 milliards de personnes, produit assez pour nourrir 12 milliards de terriens. Au même moment dans le monde, 2,2 milliards de personnes vivent dans une extrême pauvreté, soit avec moins de 1,25 dollar par jour. Cette situation est inacceptable au vue de la production mondiale ; d’où le fait qu’ « un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est tout simplement assassiné ».

Lutter contre la pauvreté

Lutter contre la pauvreté implique beaucoup d’aspects. Si le besoin matériel est la partie la plus visible de ce fléau, il ne prime pas sur les autres besoins intellectuel, éducatif, culturel et même en terme de libertés.

Le droit au travail

Le droit au travail, c’est d’abord le droit d’en avoir un. Le devoir du gouvernement est donc d’y veiller. Ce n’est pas en clamant:  » jobs, jobs, jobs » tout en excluant ceux qui n’en n’ont pas, en offrant des cadeaux aux entreprises pour enrichir les actionnaires, sans exiger des embauches, et en licenciant des milliers de personnes dans les secteurs que l’on répond au droit du travail.

« le Monde des Possibles » Asbl

Octobre 2015

Cent mille personnes pour une meilleure répartition des richesses, contre les mesures d’austérité.

Un résumé de notre participation à la manifestation nationale du 7 octobre 2015 à Bruxelles

Un an de gouvernement Michel. Que retenir de ces douze mois ou l’exécutif Belge avec à sa tête une coalition MR-N-VA a dirigé de main de fer des reformes qui touchent l’ensemble des travailleurs de la Belgique ? On peut retenir que depuis son arrivée au pouvoir, Charles Michel et son allié N-VA n’ont pas perdu du temps. Ce gouvernement a adopté des lois qui précarisent les populations et rend presque insoutenable le cout de la vie. La suppression du revenu d’insertion à un certain nombre d’étudiants, le relèvement de l’âge de la pension à soixante-sept ans, une suppression du saut d’index, la suppression du complément d’ancienneté, les coupes au niveau des allocations d’insertion , les coupes rigoureuses dans les secteurs publics et les pensions sont autant de mesures à mettre à l’actif du gouvernement Michel qui selon un grand nombre d’habitants en Belgique n’en finit plus de diviser.

Ces divisions ont fini par colorer Bruxelles en rouge, vert et bleu en ce matin du 07 octobre 2015. Les différents syndicats du pays qui regroupent en leur sein les travailleurs, ont jugé qu’il fallait montrer son mécontentement face à ces mesures et rappeler le gouvernement à l’ordre. C’est donc en front commun que les centrales syndicales ont décidé d’un commun accord d’une manifestation nationale.

En ce matin d’automne, la population était à un rendez-vous porteur d’espoir. Cent mille personnes selon les organisateurs ont répondu présentes à l’appel syndical. Travailleurs sans-emploi, sans-papiers, pensionnés, tous étaient sortis pour dire haut et fort « trop c’est trop ». Le monde des possibles n’est pas resté en marge de cette mobilisation. Asbl qui travaille dans le champ de la culture, elle compte en son sein un grand nombre de personnes issues de l’immigration. S’il est vrai que les populations sont touchées par les mesures impopulaires du gouvernement Michel , les personnes immigrées ne sont pas épargnées ; elles sont de plus en plus stigmatisées, discriminées et le racisme a gagné du terrain. C’est donc en toute légitimité que les stagiaires de l’asbl, accompagnés de leurs formateurs et de quelques bénévoles ont tenu à être représentés dans cette manifestation nationale.

Une quarantaine de stagiaires et formateurs issus de l’Asbl ont donc rejoint les rangs des grévistes en ce matin du 07 octobre 2015. Leur parcours qui a débuté devant les portes de l’association les a d’abord conduit à la FGTB à la place St Paul à liège ou les attendaient d’autres participants travailleurs sans-emploi et travailleurs sans-papiers. C’est donc tous ensemble, à bord de deux autobus affrétés pour la manifestation que les personnes se sont rendues à Bruxelles. Elles se sont jointes à la grande masse de manifestants et ont scandé tout au long du trajet des slogans hostiles au gouvernement, elles ont dénoncé les politiques d’austérité, d’exclusion, de criminalisation ; elles ont revendiqué le droit à une vie digne, à une répartition équitable du fruit de la croissance.

Eux, citoyens, travailleurs de Belgique ont dénoncé toutes les exclusions :

  • Exclusion d’un logement,
  • Exclusion du travail,
  • Exclusion du territoire,
  • Exclusion de la sécurité sociale,
  • Exclusion des soins de santé…..

C’est aux environs de quinze heures que la foule qui s’était amassée autour des représentants syndicaux, des militants des droits de l’homme et des leaders politiques a commencé à se disperser avec une question à la bouche. …..A qui profitent ces exclusions ?

Liège,octobre 2015

« Le monde des Possibles »asbl